Back to All Events

Jean-Sébastien Lourdais au festival TransAmérique et au festival Chromatic Montréal

De retour à Montréal après un beau succès aux Hivernales d'Avignon (on vous invite d'ailleurs à lire la belle critique de Laurent Bourbousson sur le site ouvertauxpublics.fr), voici deux opportunités de voir le récent travail de Jean-Sébastien Lourdais.

PERFORMANCE À LA NUIT CHROMATIC, 22 MAI PRÉSENTÉ PAR LE FESTIVAL TRANSAMÉRIQUES

«RETOURNEMENT INTÉRIEUR»

À quelques jours de la création de sa toute nouvelle œuvre La chambre anéchoïque au Festival TransAmériques, le voici qui offre Retournement intérieur, une performance axée sur la présence, la matière et le son dans un territoire trop peu fréquenté par la danse contemporaine, le belvédère du mont Royal.

Dans cette performance explorant les rapports entre la vie intérieure et extérieure, il utilise des moyens sensoriels et méditatifs pour dé-domestiquer et transformer les corps qui aspirent à une libération encore à venir. Chez Lourdais, l’animalité n’est jamais loin. Une simple respiration devient pour lui un outil de transformation. Anticonformiste, jusqu’au-boutiste et éclairé, il met en échec la domination de l’intellect pour se connecter à ce qui vibre à l’intérieur de soi.

En découvrant le travail de Jean-Sébastien Lourdais, le public de la Nuit Chromatic est invité à une expérience auditive, oculaire et sensorielle qui se situe au-delà de ce qui peut être vu, à un retournement intérieur.

Pour prolonger votre plaisir La chambre anéchoïque vous ouvre ses portes les 2, 3 et 4 juin à l'Usine C

Ceux qui ont pu expérimenter une chambre anéchoïque, un lieu qui absorbe quasiment tous les sons, ont fait une découverte. L’absence presque absolue de décibels révèle la vie sous-jacente de nos corps. Dans ce silence implacable, sourdement, sous la peau la vie gronde. Les pulsations du cœur frappent plus qu’elles ne battent. On entend l'air passer dans nos poumons et le bruit de nos articulations. On saisit au passage l'incroyable tissage des réseaux sanguins et nerveux. L'expérience est tellement intense que la plupart des gens ne la tolèrent que quelques minutes. Jean-Sébastien Lourdais possède sa propre chambre anéchoïque. La sienne mène à une virée au bout du corps, puissante et méditative. Travail de matière et de présence, il forme avec ses comparses Ludovic Gayer, musicien et performeur et Jean Jauvin, artiste de la lumière, un trio fascinant. Ensemble, ils tirent les fils de cuivre remontant la piste d'une vie intérieure.

CRÉDITS

CHORÉGRAPHIE Jean-Sébastien Lourdais I INTERPRÉTATION  Jean-Sébastien Lourdais + Ludovic Gayer I CONCEPTION SONORE Ludovic Gayer I LUMIÈRES Jean Jauvin I CONCEPTION VISUELLE Katherine Melançon I CONSEIL ARTISTIQUE ET DRAMATURGIE Sophie Michaud I DIRECTEUR TECHNIQUE Karine Gauthier I COMMUNICATIONS Nicolas Sado